La chirurgie plastique, une solution pour se sentir mieux dans son corps ?

En quoi consiste la chirurgie esthétique ?

La chirurgie plastique (dérivé du mot grec “plastein” = former) est une sous-spécialisation de la chirurgie, dont la tâche est la chirurgie reconstructive pour corriger des difformités, après des accidents ou pour des raisons esthétiques. En conséquence, les chirurgiens plastiques effectuent des corrections de variantes de normes ou de phénomènes liés à l’âge. En France, le nombre de procédures de chirurgie plastique est actuellement de 400 000 par an et continue à augmenter. En 2013, une enquête a montré une diminution de l’âge ; les personnes entre 31 et 50 ans représentaient la majorité des patients (45 %). La proportion de patients de plus de 50 ans représente un quart. En 2011, seulement 1,3 % des opérations ont été réalisées sur des adolescents. L’augmentation mammaire est la procédure la plus populaire chez les jeunes femmes, tandis que la blépharoplastie est la procédure la plus populaire chez les hommes. Même chez les patients blessés ou après des interventions oncologiques, la chirurgie reconstructrice est parfois nécessaire, comme la pose d’implants mammaires après une mastectomie, une rhinoplastie ou une intervention après une division du septum.

La chirurgie esthétique chez les hommes 

Actuellement, le nombre de patients de sexe masculin est en légère augmentation par rapport aux chiffres de l’année précédente. Aujourd’hui, presque tout le monde est intéressé par l’augmentation de son propre attrait. il est question de savoir pourquoi tous ceux qui ne sont pas satisfaits de leur apparence extérieure ne font pas appel à la chirurgie plastique. Ici, la question des coûts joue un rôle important. Pour la majorité des répondants, les coûts ont joué un rôle “très important”. Pour des raisons financières, deux tiers des femmes et 60 % des hommes se sont prononcés contre une telle intervention. En revanche, une proportion considérable de patients a la volonté de parcourir de longues distances pour se faire soigner par le spécialiste de leur choix, ce qui est associé à une forte dépense de temps, mais aussi d’argent.

Beauté de la peau, pertinente pour le partenariat et la profession

Une apparence presque parfaite joue un rôle de plus en plus important pour le succès dans le partenariat, ainsi que dans la vie professionnelle. Les femmes, en particulier, ressentent souvent une grande insécurité quant à leur physique. En 2007, l’institut autrichien Gallup a mené un entretien psychologique avec 100 personnes âgées de 25 à 60 ans, dont un tiers d’hommes et deux tiers de femmes. L’entretien comprenait des questions sur les attitudes personnelles à l’égard de la chirurgie esthétique et sur la relation entre l’apparence et le succès. Parmi les personnes interrogées, 47 % étaient intéressées par une intervention esthétique. Deux arguments en faveur d’une telle opération ont fait l’objet d’un consensus de plus de 50 % : “Une belle apparence augmente la confiance en soi” et “Ceux qui ont une belle apparence se sentent également bien”.

L’insatisfaction de son propre corps

Dans une enquête,  65 % des personnes interrogées (n=104) étaient insatisfaites d’une certaine partie de leur corps. L’idéal d’une jeunesse active et dynamique prévaut dans la société occidentale, et les personnes âgées essaient de paraître plus jeunes qu’elles ne le sont – par exemple, le nombre de traitements des rides augmente chaque année. C’est le lifting. Cependant, les participants à l’étude étaient de jeunes adultes âgés de 20 à 30 ans.

Toute intervention chirurgicale comporte des risques. C’est pourquoi la crainte d’une personne de subir des complications chirurgicales de la peau a une influence décisive sur la question examinée par Leitermann et al. Les chercheurs ont montré que la probabilité de subir une intervention cosmétique est plus faible lorsque la peur est grande. Même les personnes qui se sentaient très accablées par leur apparence avaient peur d’éventuelles complications. Aujourd’hui, les patients font des recherches sur Internet avant l’opération prévue et lisent des textes médicaux sur les risques possibles.

L’opération de chirurgie constructrice et les prestations de la compagnie d’assurance maladie.

En outre, en cas de traitement comme le cancer après une opération de chirurgie plastique, ils n’ont pas droit aux prestations de la compagnie d’assurance maladie et en cas d’incapacité de travail, ils n’ont pas non plus droit aux prestations de maladie. Ces facteurs ont une influence négative sur la décision des patients qui envisagent la chirurgie esthétique. La peur de la douleur est une autre variable qui influence également la décision pour ou contre la chirurgie. La crainte d’un éventuel mécontentement quant au résultat esthétique joue également un rôle. Entre autres choses, les patients sont particulièrement influencés par les gros titres de la presse arc-en-ciel sur les opérations esthétiques ratées. L’hypothèse selon laquelle les personnes extraverties seraient plus susceptibles de subir une opération de chirurgie plastique n’a cependant pas été confirmée. Il a vu une explication à ce résultat inattendu dans le fait que les personnes extraverties étaient peut-être moins critiques de leur apparence extérieure.

La chirurgie esthétique du côté des femmes

De plus, il a été démontré que les femmes étaient plus ouvertes à la chirurgie plastique (53,1 %) que les hommes. Parmi les hommes, 69,9 % n’étaient pas prêts à subir une intervention chirurgicale sur leur corps. Cependant, il n’y avait pas de différence significative entre les femmes et les hommes quant à l’importance de leur beauté pour eux, ni quant au coût qu’ils étaient prêts à investir dans la chirurgie esthétique. Les femmes qui ont subi un traitement, comme l’ablation totale des seins s’intéressent plus à la chirurgie plastique des seins.   Il est noté que les familles socialement plus fortes avec des revenus plus élevés étaient plus susceptibles de répondre à leurs souhaits de changement physique que les familles socialement faibles. Enfin, les chercheurs ont constaté que les coûts encourus n’étaient pas significativement liés à une décision pour ou contre la chirurgie plastique. Il est possible que le niveau élevé de souffrance joue un rôle décisif dans l’acceptation de coûts élevés. Et un prix élevé peut suggérer la garantie d’une exécution professionnelle de l’intervention souhaitée par le spécialiste de choix, y compris le bon résultat. Pour beaucoup de gens, le désir de perfection individuelle n’a pas de prix, et sa réalisation peut avoir pour eux une valeur plus élevée que les soucis financiers. Les personnes âgées s’intéressent surtout au lifting et s’adressent aux spécialistes de la médecine ou les chirurgiens.